Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Documents pour alimenter Terramorphoses, une oeuvre participative.

Ce blog est un espace de partage d’infos créé autour du projet Terramorphoses Art / Culture/Société Retrouver ce projet et ses actualités sur son site: https://www.terramorphoses.com/

Vers un nouveau paradigme?...Environnement / Agroécologie / Décroissance?

 

  

  

moissons2-d5931.jpg                      « Les moissons du futur »

  

Un nouveau documentaire de Marie-Monique Robin

à la gloire de l’agroécologie.

 

« Ce sont les pesticides et le modèle économique qu'ils incarnent qui affament le monde », assure Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice pourfendeuse des lobbies agrochimiques. Après s'être attaquée à l'industrie des semences et des OGM dans le film « Le monde selon Monsanto » et avoir dénoncé les dangers des produits chimiques sur la chaîne alimentaire dans « Notre poison quotidien », elle consacre le dernier opus de sa trilogie – « Les moissons du futur » – aux bienfaits de l'agroécologie pour nourrir la planète.

 

      Livre disponible dès le 11 octobre 2012.

 

 

 

 
 
 
« Les moissons du futur - Comment l'agroécologie peut nourrir le monde »

 

de Marie-Monique Robin.



Ø       Diffusion le 16 octobre 2012 sur Arte, suivie d'un débat en direct de trente minutes qui se poursuivra par un vidéo-chat sur arte.tv/lesmoissonsdufutur.

 

Ø       Sortie du DVD le 24 octobre 2012.

 

                 Environ 150 projections prévues en France, jusqu'au 10 décembre 2012.

 

Ce documentaire dresse tout d'abord un état des lieux alarmant des conséquences de la « révolution verte » de l'après-guerre, avec « l'usage généralisé des engrais chimiques et des pesticides, la réduction de la diversité végétale au profit de variétés à hauts rendements, le recours à l'irrigation... »

 

Mais contrairement aux deux précédents, ce film se veut moins polémique et « résolument optimiste », en proposant l'agroécologie comme voie de salut. C'est-à-dire une agriculture biologique « qui ne se résume pas à un cahier des charges » mais qui doit « incarner un projet de société », en alliant respect des ressources naturelles, préoccupations sociales, qualité et hauts rendements.

 

Marie-Monique Robin l'affirme : « Il est tout à fait possible de nourrir le monde sans pesticides ». Son enquête part du rapport publié en 2011 par Olivier de Schutter, rapporteur spécial des Nations unies, consacré au « potentiel de l'agroécologie pour faire reculer la faim et la pauvreté. »

 

Elle se poursuit aux quatre coins du monde, où des producteurs, des agronomes et des économistes viennent confirmer cette thèse en témoignant d'expériences agronomiques et économiques ayant fait leur preuve. Par exemple, l'association des cultures de maïs, d'haricots et de courges au Mexique (Milpa), la semence de soja au milieu de trèfle rouge et de seigle fraîchement coupé en Allemagne, la plantation « d'arbres fertilisants » au Malawi, ou encore l'alliance entre paysans et consommateurs au Japon (Teikei).

 

Au-delà de ces témoignages, on pourra regretter que la parole ne soit pas donnée aux tenants de l'agriculture conventionnelle, ou à ceux qui doutent que l'on puisse nourrir le monde avec le tout-bio. A moins de penser, comme l'auteure, que de telles positions relèvent uniquement de « la propagande des industries chimiques » ou du « lobbying de la FNSEA ». Preuve de la difficulté d'avoir un débat serein en la matière, à l'heure où le gouvernement prône une « troisième voie entre agriculture conventionnelle et biologique ».

 

A.Ca. article publié le jeudi 20 septembre 2012

Source: http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/les-moissons-du-futur-un-nouveau-documentaire-de-marie-monique-robin-a-la-gloire-de-l-agroecologie-62251.html

 

..................................................................................................................................................................

 

"Tous cobayes ?"

 Telle est la question posée par le professeur Gilles-Éric Séralini au terme d'une expérimentation secrète sur les OGM dont les résultats, glaçants, sont révélés le 19 septembre dans la revue américaine "Food and Chemical Toxicology".

 

Ces recherches font également l'objet d'un livre et d'un film, réalisé par Jean-Paul Jaud, qui sortiront le 26 septembre en France.

 

 

 

 

 

 

.............................................................................................................................

 

 

          

Proposé par:

  • BIBLIOTHEQUE PUBLIQUE D'INFORMATION

    La Bibliothèque publique d’information, associée au Centre Pompidou, est un établissement public national d’accès libre et gratuit en plein cœur de Paris. Elle propose, en plus des livres, des documents de natures diverses (films, enregistrements sonores, bibliothèque numérique) couvrant tous les aspects du savoir. Depuis son ouverture en 1977, elle complète cette offre documentaire en perpétuelle évolution par la programmation régulière de colloques et débats portant sur l’actualité culturelle, sociale et politique, et d’autres manifestations très variées dans leur forme :expositions, ateliers de lecture, etc

  •  

La décroissance a-t-elle un avenir ?

Aujourd’hui, nos modèles économiques reposent sur la croissance. En temps de crise, elle nous paraît salutaire pour répondre aux difficultés économiques et sociales. Or, depuis les années 1970, un nouveau concept a vu le jour : la décroissance. Ses partisans proposent de changer fondamentalement nos modes de vie : produire moins, consommer moins et ainsi préserver les ressources limitées de la planète...

Quel monde à venir ?

La décroissance a-t-elle un avenir ?

Les thèses de la décroissance veulent prononcer un double adieu : à un modèle de développement irréaliste et inégalitaire et à un mode de vie dénoncé comme illusoire et irresponsable. Mais bien que la contrainte écologique semble imposer un changement radical de nos préférences et de nos habitudes, renoncer aux formes modernes du bien-être évoque moins pour la majorité d’entre nous une utopie qu’une régression, voire un enfer. L’idée de décroissance permet-elle de proposer un nouveau récit susceptible de transformer notre imaginaire ?

 

Avec Emilie Hache, philosophe, maître de conférence à l’Université de Nanterre ; Serge Latouche, professeur émérite d’économie à l’Université d’Orsay ; Philippe Squarzoni, auteur de bandes dessinées et Mathilde Szuba, doctorante en sociologie de l’environnement au Centre d’Étude des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA, Université Paris I).

 Enregistré le 18 juin 2012 / France Culture:  http://www.franceculture.fr/quel-monde-a-venir

 

  • BIBLIOTHEQUE PUBLIQUE D'INFORMATION

    Le pari écologique : http://www.franceculture.fr/le-pari-ecologique

    La décroissance a-t-elle un avenir ?

     

    La prise de conscience des inégalités, des impasses et des incohérences d’un modèle de développement fondé sur l’industrialisation, le productivisme, la consommation et l’épuisement des ressources naturelles date du début des années 1970. Elle est devenue une préoccupation écologique, qui est aujourd’hui largement partagée. L’idée de décroissance en est en partie l’héritière. Mais ...

     

  • BIBLIOTHEQUE PUBLIQUE D'INFORMATION

    L'économie au défi : http://www.franceculture.fr/l-economie-au-defi

    La décroissance a-t-elle un avenir ?

     

    Depuis un quart de siècle, l’humanité cherche à réagir à l’épuisement des ressources, à la pollution atmosphérique et au changement climatique que les modes de vie et de consommation actuels engendrent. Face à la menace, que doit-on faire: reconsidérer le développement économique, repenser nos manières d’envisager le bien-être ou renoncer à l’idée de croissance ?   Avec

 

     
   
  

 

 

  ..............................................................................................................................................................