Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Documents pour alimenter Terramorphoses, une oeuvre participative.

Ce blog est un espace de partage d’infos créé autour du projet Terramorphoses Art / Culture/Société Retrouver ce projet et ses actualités sur son site: https://www.terramorphoses.com/

Articles Ouest France du 17.08.2010 & 29.01.2008

Publié le 18 Août 2010 par lulu balladart in Article de presse

 

Avec Lulu, l'acte créatif se fait « ensemble »

 

Lulu et les animaux-planètes.  
Lulu et les Animaux-Planètes.

 

Après avoir exposé à l'Archipel ses animaux-planètes, Lulu continue une aventure artistique collective.

 

Profil *

1989. diplômée des Beaux-arts

1992. vit à Londres, puis à Madrid à partir de 1996

1999. ouvre un atelier galerie au Fresnes-sur-Loire

2005. déplace son atelier galerie dans la Doutre à Angers

 

Pour Lulu, l'art a pris son origine dans le soin. De celui des hommes, mais aussi de la terre. « Les hommes et la terre ont plus que jamais besoin de cet art qui soigne, qui répare ». D'où l'aventure de Terramorphoses, une oeuvre collective impliquant 2 000 enfants et adultes et 60 structures de la ville, débutée en 2008. « On est tous spectateurs du désastre écologique. Tout le monde est au courant, mais on se sent impuissant. L'art permet aux gens de devenir acteur, d'entrer dans une dynamique, de se positionner au monde, de trouver des solutions ».

 

Lulu aime à citer ce proverbe des bords du Niger : « Un seul doigt de la main ne peut soulever une pierre », pour expliquer la force de la création collective.

 « Terramorphoses », ce sont deux tonnes d'argile, des milliers de figurines réalisées au théâtre le Quai, dans les crèches, les maisons de retraite, les foyers, les écoles. Elles ont été installées en longue file sortant de l'eau proche, de La Maine et entrant dans le Quai.

 

Aujourd'hui, Lulu poursuit ce projet de coeur et d'intuition, avec « Les animaux-planètes », un ensemble de 12 monumentales peintures sur carton, réalisée par des groupes d'Angevins dans son atelier. Chaque planète symbolise un animal totem. Un blog (terramorphoses.over-blog.com) est l'élément central du projet pensé comme un réservoir d'idées et permet à ceux qui le désirent de participer à distance et de relier les recherches.

 

À la rentrée, un livret sur le développement durable, édité par la ville, reprendra les animaux-planètes. Les 12 totems devraient être installés dans une salle prêtée par la ville, avant de partir en tournée dans des lieux culturels et des festivals européens.

 

À la rentrée, Lulu invite un écrivain et un comédien pour un travail à partir des animaux-planètes sur le cops et l'écrit. Avec des conteurs, des histoires naîtront autour des totems. Présentation au Quai en 2012 de cette oeuvre collective, si tout va bien.

 

Ouest-France
mardi 29 janvier 2008
........................................................................................................................................................................................................

Les mains dans la terre pour recréer le monde

Lulu Balladart invite les Angevins à s'exprimer sur le développement durable tout en transformant leur perception du monde.
Lulu Balladart invite les Angevins à s'exprimer sur le développement durable tout en transformant leur perception du monde.

Lulu Balladart propose aux Angevins des ateliers pour créer des figurines en vue d'une installation de la Maine au Quai, en octobre prochain. En filigrane, une véritable vision.

Mercredi 30 janvier. C'est un projet un peu fou et totalement participatif. Celui de Lulu, peintre bien connue sous ce nom sur les bords de Loire, a été sélectionné par le Quai parmi une dizaine d'autres. En juin dernier, lors de son ouverture, le Quai avait programmé différentes Fenêtres sur... la danse, le théâtre et une sur la Terre. Et invité les artistes présents à avancer des projets relatifs au développement durable. Deux Angevins ont été retenus : Lulu avec l'association* Balladart et le collectif Lucie Lom.

 

Le projet de Lulu commence le mercredi 30 janvier, de 10 h à 11 h 30, avec un atelier ouvert à tous. Il s'agit, à partir de figurines en terre qu'elle a elle-même créées, de modeler les siennes, puis de les lui confier. Les ateliers sont prévus au rythme de deux par mois. Ils pourront se dérouler le soir, le dimanche, impliquer les centres de loisirs, les écoles... Toutes les figurines (qui ne feront pas plus de 400 grammes) participeront à une installation sur l'apparition de la vie, pendant quinze jours, en octobre prochain. « Des centaines de figurines sembleront émerger ainsi de la Maine et se dirigeront en file indienne vers le Quai », développe la jeune femme.

Le projet se déroule sur neuf mois, le temps d'une gestation, thème cher à cette artiste passionnée par le vivant. « L'idée, décrypte-t-elle, c'est que le lieu de culture protège tout ce qui est lié à la création. »

Chaque mois, les thèmes des ateliers seront différents : le travail des enfants dans le monde, la souffrance animale, les contes sur la création du monde... Ils seront aussi fonction de l'actualité et des désirs des participants. Aucune formation particulière n'est requise. Lulu anime des ateliers d'arts plastiques depuis dix ans en maisons de quartier ou de retraite, en milieu scolaire, au service de post-sevrage alcoolique du CHU... « Les gens disent toujours qu'ils ne sont pas capables, qu'ils ne savent pas faire... Mais il suffit de les mettre en situation de créer et ça marche à tous les coups. Chaque personne, quand elle n'a plus peur, porte en elle un créateur qui ne demande qu'à s'exprimer. »

 

Lulu espère faire venir et exposer Kandjura Coulibaly, un artiste malien, dans le cadre de ce projet. Celui-ci a remis le bogolan, une technique de teinture à l'argile, au goût du jour. Le développement durable, avec elle, ce n'est pas un concept.

Claudine QUIBLIER.

 

 

Ouest-France mardi 17 août 2008
*rajout de lulu
Commenter cet article